Spey Casting

Pêcher en Spey est nouveau sur les rivières du Québec mais cette technique est aussi ancienne que la pêche à la mouche elle-même.

Je crois sincèrement que tout le monde peut tirer profit de cette technique et qu’une canne à deux mains n’est pas la solution à tous les problèmes  et surtout que son encombrement est souvent plus une gêne qu’un atout.

Ne vous trompez, j’adore pêcher avec une canne à deux mains, c’est l’outil parfait pour les grandes rivières. Mais j’adore aussi pêcher avec une belle petite canne de 7’’, soie 5, parce que c’est plus amusant de prendre de gros poissons.

 

J’aime lancer une mouche et j’aime pêcher. Je connais une personne qui ne pêche plus, préférant se consacrer uniquement aux lancers. Je n’en suis pas là et j’aime toujours autant pêcher mais je passe toujours une bonne partie de mes journées de pêche à améliorer toujours ma technique … de la main gauche. Je suis droitier et je me rêve ambidextre de la pêche !

Toujours est-il que j’aime le lancer et je suis tellement malheureux de voir les pêcheurs s’escrimer avec leurs cannes et n’en tirer que le minimum.

Je comprends parfaitement que des pêcheurs qui trouvent leur plaisir dans quelques jours par an ne peuvent pas perdre leur temps à travailler leur lancer. Bien que… Je fréquente un centre sportif de manière aussi régulière que je pratique la pêche, et je vois tous les ans une foule de nouveaux adhérents qui viennent, juste avant l’été, espérant se refaire un « corps » en quelques séances trop vite abandonnées. Donc pourquoi les pêcheurs d’un jour ne prendraient-ils pas le temps de faire quelques lancers dans la ruelle pour profiter au maximum de leur trop court séjour de pêche ?

Ce site ne s’adresse pas principalement à ces pêcheurs là mais à vous qui aimer la pêche et passer un peu plus de temps sur le bord d’une rivière. J’imagine que certains en ont assez de perdre leurs mouches dans les arbres plantés toujours trop près. J’imagine que d’autres ont admiré bouche bée les arabesques d’un lanceur spey en se demandant comment c’était possible. J’imagine que d’autres encore sont simplement intéressés au savoir, à la connaissance et à l’élévation de l’esprit.

La réalité c’est que la manière dont tout un chacun utilise une canne à mouche ne permet pas d’en tirer l’essence et encore moins la quintessence. Peu ou prou sont capables d’expliquer la raison de la « tailing loop », lorsque le bas de ligne revient sur la soie en bout de course. Quelques un sont capables de faire un changement de direction de plus de 10° sans perdre toute énergie. Un certain nombre est capable de laisser filer de la soie pour « shooter » (tirer) plus loin. Et combien peuvent atteindre 30 m avec une soie 5 ?

Bien sûr vous pouvez lire des livres sur l’amélioration de votre lancer. Ils vous apprendront à avoir un meilleur rythme, une meilleure technique de double traction ou un peu plus de violence dans votre mouvement. Vous pouvez lire les aventures de Tintin en Écosse, je pense que cela vous donnera autant de résultat.

Pour ma part, la démarche d’apprendre le spey s’appuie principalement sur une connaissance approfondie de l’outil et dans ce cas, il s’agit de la canne ET de la soie. Après tout quand on parle d’homo sapiens, sa première qualité est d’avoir appris à utiliser des outils.

Donc même si vous n’êtes pas converti, et je ne fais pas du prosélytisme, je pense que vous aurez acquis un savoir qui sera utile dans votre lancer classique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.